A quoi sert la certification PMP ?

PMI

Est-ce que le bon sens ne suffit pas pour gérer un projet ? Vu le nombre de chefs de projet qui réalisent correctement leur travail sans jamais avoir ouvert le PMBOK[1], qu’est-ce que PMI peut vous apporter de plus que ce que vous faites déjà ? Voici 3 raisons essentielles, pour soi-même et pour les autres.

1. Prendre du recul et élargir sa culture projet

La certification PMP (Project management Professional, délivrée par PMI) est accessible aux chefs de projet confirmés. Souvent on apprend le métier sur le tas, en pratiquant.

Etudier le standard PMI permet de prendre du recul par rapport à l’expérience acquise, et ancrer ses bonnes pratiques en les consolidant avec des connaissances théoriques. Par exemple, selon PMI chaque phase d’un projet doit être composée de 5 activités (plus exactement, 5 groupes de processus) :

Project Management

Généralement, un chef de projet les applique naturellement. Le fait de connaître la théorie permet de décider, en conscience, d’appliquer tout ou partie de la démarche.

Autre exemple, PMI aborde de façon avancée les 10 domaines de connaissance qu’un chef de projet complet doit maîtriser.

Project Management

2. Compléter sa boîte à outils

PMI est un standard de gestion de projet qui rassemble des bonnes pratiques, des outils et des méthodes éprouvés. Il donne un cadre, décrit les étapes essentielles, fournit des sortes de checklists à adapter en fonction des besoins du projet, ou encore des outils utiles pour analyser les situations, planifier, anticiper ou résoudre des problèmes.

Par exemple, comment piloter par la valeur, analyser le chemin critique et prévoir des marges efficaces, etc ? Etudier PMI permet d’acquérir une compréhension fine de ces outils et techniques. Diffuser les bonnes pratiques PMI dans son entreprise permet de définir une culture projet efficace et structurée.

Project Management Professional

3. Gagner en légitimité et en satisfaction personnelle

Certaines certifications s’obtiennent sans difficulté. Il suffit de suivre un cours, passer un mini examen en ligne et la certification en découle. La certification PMP, elle, demande une forte implication en temps et en argent. Les questions de l’examen sont complexes et nécessitent une bonne capacité d’analyse. De plus, il faut justifier de formations continues pour la maintenir au-delà des 3 ans.

Il n’y a pas de doute : un certifié PMP est impliqué dans son métier, maîtrise son sujet, et reste à l’écoute des bonnes pratiques et tendances en termes de gestion de projet. De plus, il a accès de nombreuses ressources autour de la gestion de projet, et à un réseau de professionnels engagés.

Au-delà de ça, le certifié PMP a assimilé les pratiques les plus performantes en termes de gestion de projet. Il est à la pointe de son métier, et en veille permanente pour y rester. Il connaît la réponse idéale, à adapter selon l’environnement et les problématiques.

 

Mais PMI, c’est pas un peu dépassé ?

Le standard PMI est construit avec les bonnes pratiques développées par des centaines de chefs de projet, testées et approuvées par une communauté de plus de 2 millions de professionnels de la gestion de projet. Il s’applique à tous les secteurs.

Il évolue régulièrement pour notamment intégrer les dernières tendances. Actuellement, c’est la version 5 du PMBOK qui est appliquée depuis 2013. La version 6 est en cours de validation et sera publiée à partir de Septembre 2017. Elle inclura notamment pour chaque domaine de connaissance une section appliquée aux environnements agiles. Le PMBOK est le socle principal. Il est complété par des « extensions » par secteurs (développement logiciel, BTP…) et par une dizaine de guides pratiques (gestion des risques, de la valeur acquise…).

Loin d’être dépassé, PMI est le standard de gestion de projet le plus reconnu à travers le monde et largement appliqué en Nouvelle Calédonie.

PMP vous intéresse, comme l’aborder ?

Avant tout, renseignez-vous sur les critères d’éligibilité sur le site PMI.org (en anglais) ou pmi-France.org (en français).

Le principal problème du PMBOK est qu’il est dense et verbeux, pure théorie sans exemple. On ne sait pas par quel bout commencer et c’est seulement une fois l’ensemble du guide parcouru qu’on en comprend la puissance. Il faut avoir le courage de s’y plonger et persévérer durant toute la durée de l’apprentissage.

Il est préférable de suivre un cours de préparation, en présentiel ou en ligne, qui permet de le rendre moins rébarbatif, et de bénéficier de guides (recommandations d’organisation des révisions, guide des formules à retenir…) et d’un simulateur d’examen, indispensable pour se familiariser avec la formulation des questions du QCM et se préparer aux 4 heures d’examen. Ils permettent également d’obtenir un certificat de 35h de cours de gestion de projet demandé par PMI pour s’inscrire à l’examen. Par exemple, chez Atlas Management, nous nous sommes inscrits aux cours de pmchampion.com (en anglais). Comptez environ 100h de travail pour compléter vos révisions.

Il est intéressant de devenir membre PMI pour accéder à de nombreuses ressources, dont une version gratuite du PMBOK, et bénéficier d’une réduction pour passer l’examen.

 

Alors qu’attendez-vous pour passer votre certification ?

 

 

[1] Project Management Body Of Knowledge, la bible de la méthodologie PMI

Ajoutez un commentaire

Share This