Le Design Thinking ou la Pensée Design

L’innovation et la créativité sont des courants forts et même indispensables du XXIème siècle, comme nous avons pu vous l’aborder dans l’article « La créativité pour suivre la transformation digitale ». Le monde de demain est celui du mode de pensée alternatif et c’est pour répondre à cette problématique que nous vous parlons aujourd’hui du Design Thinking, l’une des méthodes permettant de mener à l’innovation.

Mais nous ne pouvons commencer cet article sans parler de la société IDEO. Cette société a été créée en 1991 par trois amis qui décidèrent de fusionner leurs entreprises, mais leur histoire a commencé bien avant cela. Leur nom commence à résonner en 1980, lorsque Steve Jobs fait appel à IDEO pour développer une souris pour leur nouvel ordinateur, Lisa. L’équipe a donc créé cette nouvelle souris moins coûteuse et plus facile à produire. Par la suite, lorsque GRiD Systems fait appel à eux pour la conception du premier ordinateur de style bloc note – véritable révolution – ils emploient une nouvelle façon de travailler, tournée vers l’expérience utilisateur. Leur travail est centré sur l’Homme et leurs méthodes de travail atypiques, connues sous le nom de « Design Thinking », se sont étendues bien au-delà de la création de produits pour atteindre les services et organisations.

Alors, qu’est-ce que cette méthodologie ? Et comment l’utiliser ?

 

Entre Design et Design Thinking

Le Design Thinking ou la Pensée Design est, comme son nom l’indique, une méthodologie basée sur la méthode de pensée d’un designer. Le mot « design » sonne trop souvent avec le fait d’avoir un bel objet. Bien plus que ça, le design est une réelle activité de création et de réflexion, à la croisée entre l’art et la technique.

«Le design ce n’est pas l’apparence et le ressenti. C’est comment cela fonctionne»

Steve Jobs

Cette méthode, bien plus qu’un gadget, permet de pousser vers l’innovation et c’est sur la recherche de solutions créatives et structurées, centrées sur l’Homme, que se base le Design Thinking.

Le Design Thinking va donc placer l’utilisateur au cœur de son processus d’innovation et de recherche et c’est cette co-créativité qui va lui permettre de se retrouver dans la solution finale et d’y adhérer pleinement.

 

Pourquoi le Design Thinking ?

Concrètement, le Design Thinking va permettre de faire ressortir et d’identifier des besoins inconscients et de trouver la solution adéquate, tout en impliquant l’utilisateur afin de se baser sur ses retours d’expériences.

Besoins inconscients ? Oui, car bien que certains besoins soient clairs et explicites, il existe des besoins plus profonds et parfois difficiles à dénicher. En effet, il n’est pas toujours facile d’obtenir un résultat probant en demandant simplement : « Alors, de quoi avez-vous besoin aujourd’hui ? »

 

Les 5 étapes du Design Thinking

Le nombre d’étapes du Design Thinking varie en fonction des spécialistes. IDEO se base sur trois étapes : inspiration, idéation (brainstorming) et implémentation.

Ici, nous vous présentons la version de Jeremy Gutshe, un expert primé en innovation et PDG de Trend Hunter. Une version en cinq étapes, suivant le schéma suivant :

Ces phases s’enchaînent logiquement mais il est important de revenir à la phase empathique pendant le prototypage afin d’être sûr de respecter le besoin des utilisateurs.

 La phase d’empathie

Cette phase est centrée sur l’humain et ses besoins. Le but est donc d’observer, de comprendre le contexte ainsi que les attentes, préoccupations et ressentis des utilisateurs.

Et en pratique ? Il faut être sur le terrain, observer, rencontrer et partager. Etre immergé pour comprendre l’environnement.

Et quand cette phase n’est pas respectée, à quoi peut-on s’attendre ? L’architecte Katerina Kamprani s’est amusée à imaginer la pire expérience utilisateur possible :

 

 La définition

Ici, nous cherchons à reformuler ce qui est sorti de la phase précédente, comprendre le « pourquoi » de la problématique. Pour cela, Fabrice Mauléon, expert en Business Transformation, conseille d’utiliser la technique des « 5 pourquoi ». Il s’agit de se poser la question cinq fois de suite afin de trouver la source du problème. Pour arriver jusqu’à la cause initiale, il est important de bien connaitre l’environnement autour du problème. Un exemple simple pour illustrer la méthode :

Le problème : « ma voiture ne démarre pas »

  1. Pourquoi ? La batterie n’est pas chargée
  2. Pourquoi la batterie n’est pas chargée ? L’alternateur ne fonctionne pas
  3. Pourquoi ? La courroie de l’alternateur est cassée
  4. Pourquoi ? J’ai dépassé la durée préconisée par le constructeur et la courroie était usée
  5. Pourquoi ? Je n’ai pas respecté les préconisations du constructeur

Nous arrivons donc à la cause initiale.

 

 Le brainstorming

Le principe de brainstorming est de générer un maximum d’idées (quantitatif) afin d’en sortir la meilleure (qualitatif), celle qui sera sélectionnée et mise en place. Il faut donc multiplier les propositions, s’appuyer sur les idées des autres et s’écouter afin de co-construire. Il est important de ne jamais s’auto-censurer ou d’émettre un jugement négatif sur une idée afin que le dialogue soit constructif et non restreint. Le brainstorming sera d’autant plus productif si vous utilisez un support visuel pour afficher toutes vos idées au fur et à mesure : tableau, post-it, …

 

 Le prototypage

C’est ici que votre idée peut commencer à prendre vie. Le but est de faire un prototypage simple afin de le tester et de réitérer[1] après retours des utilisateurs. Cette technique permet, dans un premier temps, de savoir si l’on est dans la bonne voie et de creuser cette idée. La visualisation permet de se projeter, de visualiser une ébauche de résultat et ses défauts.

Soyez imaginatifs, et amusez-vous ! Légo, Kapla, maquette, tout est bon ! Pour des projets numériques, de nombreuses solutions existent du kit de prototypage à la plateforme Cloud. C’est ce qu’IBM a souhaité mettre en place avec sa plateforme Bluemix qui met à disposition différents services, infrastructures et logiciels pour lancer et analyser des projets rapidement.

En 2001, IDEO a travaillé avec une entreprise de matériel chirurgical non invasive sur un appareil destiné aux interventions des tissus nasaux. Le but était de comprendre le besoin des ORL et de leur proposer un nouvel outil chirurgical. Après avoir discuté avec eux de leurs méthodes de travail et de leurs contraintes, un des designers d’IDEO a utilisé des marqueurs, une boite, du scotch et une pince à linge afin de réaliser un prototype ressemblant à un pistolet pour la chirurgie. Cette technique a permis d’économiser de nombreuses réunions et un temps précieux grâce à la visualisation en direct du prototype, ce qui a donné la possibilité aux utilisateurs de se projeter et d’imaginer leur travail de demain tout en leur permettant d’exprimer plus clairement leurs besoins.

 

La phase de test

Une fois le prototypage terminé, le produit doit être testé par les utilisateurs. Une fois encore, le but est de récolter les retours utilisateurs et d’en tirer profit afin d’itérer et améliorer la solution. En plus d’intégrer les retours utilisateurs, cette phase est aussi une première étape dans la communication et permet, par la pratique, de faire adhérer l’utilisateur au nouveau produit ou service.

Aujourd’hui des écoles enseignent cette méthodologie, comme l’Université de Stanford aux Etats-Unis ou encore des écoles en Allemagne, France et Chine.

Comme vous avez pu voir, le Design Thinking est plus qu’une méthodologie, c’est un état d’esprit qui permet de se confronter aux problèmes existants et de créer des projets innovants.

De par son mode itératif, elle permet l’émergence de nombreuses idées, même imparfaites mais il est difficile de réussir du premier coup et c’est en itérant que vous trouverez LA solution, alors n’ayez plus peur de l’échec, et lancez-vous !

 

Source : Cet article a pu être enrichi par le suivi d’un MOOC sur le Design Thinking, dispensé par Fabrice Mauléon.

 

[1] La réitération est l’action de répéter une tâche. Ici, le but est de travailler de manière cyclique jusqu’à obtenir la solution souhaitée en fonction des remarques des utilisateurs.

Commentaires (1)

Les objets de Katerina Kamprani au design délibérément raté sont trouvables ici : https://www.theuncomfortable.com/
Rien que pour ça je suis content d’avoir lu l’article !

Ajoutez un commentaire

Share This