PechaKucha, l’art de tenir éveillé son auditoire

Qui ne s’est jamais retrouvé à devoir subir des présentations interminables, ennuyeuses et sans fin ? Eh bien, il est grand temps de changer nos bonnes vieilles habitudes. Fini les PowerPoint où l’on se retrouve noyé sous une avalanche de détails, où l’on ne sait plus si l’on doit écouter l’orateur ou lire ces lignes de texte infinies et décrypter ces caractères minuscules… Bref, des présentations où l’on se retrouve perdu et où la seule alternative nous semble être de décrocher totalement.

Mais ne jetez pas PowerPoint à la poubelle tout de suite ! Il reste un très bon support de présentation et il suffit de l’adapter pour rendre votre présentation efficace, dynamique et convaincante.

Aujourd’hui nous vous proposons de développer avec vous la présentation PechaKucha, aussi appelé la technique du 20×20.

A vous les présentations innovantes, créatives et funs !

 

PechaKucha, kesako ?

C’est en 2003 que les architectes Mark Dytham et Astrid Klein conçurent la présentation PechaKucha à Tokyo. En japonais, PechaKucha représente le brouhaha qui accompagne les conversations.

Pourquoi le terme « PechaKucha » ?

« Parce que les architectes parlent trop ! Donnez un micro et quelques images à un architecte – ou à de plus créatifs encore – et ils continueront pour toujours ! Donner PowerPoint à d’autres et ils auront le même problème. »[1]

Voilà l’origine de ce nouveau format de présentation. Un format composé de 20 slides, chacune contenant une image. Chacune de ces slides s’affiche pendant 20 secondes puis est automatiquement remplacée par la suivante. On obtient donc une présentation courte de 6 minutes 40, qui sera efficace et vivante.

Ce format impose donc au présentateur d’être concis, de connaitre son sujet (et de ne pas s’en éloigner) et d’être éloquent.

 

Un vrai réseau PechaKucha

Ce phénomène prend de plus en plus d’ampleur : France, Chili, Japon, Etats-Unis,  … Plus de 900 villes organisent maintenant leur « PechaKucha Night » (les « nuits PechaKucha »). Un peu à l’image des TED[2] où des présentations s’enchaînent sur différents sujets, plus ou moins imposés.

Cependant, les inventeurs et utilisateurs de cette méthode insistent sur le fait que les PechaKucha Night sont totalement différents des TED, car ces derniers peuvent être difficiles d’accès. Les PechaKucha Nights sont ouvertes à toutes et à tous, peu importe le sujet de la présentation, peu importe l’orateur. Elles sont informelles dans le but de partager un moment de convivialité et d’amusement. Chacun doit se sentir libre de présenter son idée, son travail, ses réflexions, le tout sous un format 20×20.

 

Le passage à l’acte

Une présentation à faire à vos collègues ?

Envie de mettre en avant votre nouveau projet innovant ?

Commencez par noter sur chaque slide le sujet que vous allez évoquer. Associez ce sujet à une idée de visuel. Détaillez le contenu de chaque slide en notant les points clés que vous allez aborder tout en respectant les 20 secondes. Vous pouvez compter environ 60 mots par slide.

Pour ce qui est du texte, pensez storytelling. Le storytelling est un outil de communication très efficace qui se résume en l’art de savoir raconter des histoires. L’objectif est de toucher votre auditoire et de l’embarquer avec vous dans votre discours. Pour un storytelling réussi, commencez par identifier votre public : à qui vous adressez-vous ? quel langage utiliser ? l’humour est-il adapté ? Vous pouvez vous baser sur des histoires vraies, des exemples, pour appuyer votre discours ou inventer une histoire. L’important est de créer un lien avec l’auditoire. Le storytelling est pratiqué par les plus grands pour mettre en avant leurs produits, leurs sociétés ou faire passer un message. Steve Jobs est évidemment l’un des plus connus, reconnu maître en la matière pour vanter les mérites de ses produits. Mais d’autres icônes ont également marqué les esprits, notamment Martin Luther King avec son discours célèbre et connu de tous « I have a dream ».

Pour les visuels, préférez une seule image à une multitude d’images miniatures et superposées. Vous capterez l’attention du public qui restera concentré sur vos propos. Ne dit-on pas qu’une image vaut mieux qu’un long discours ? Alors soyez créatif !

Comme pour n’importe quel pitch[3], il est utile et même indispensable de préparer ses présentations. Cela permettra d’avoir un langage clair, structuré et articulé, et de pouvoir conserver toute l’attention du public du début à la fin de votre présentation.

En suivant ce lien vous trouverez un PechaKucha sur le storytelling, qui vous montrera comment mettre en pratique le format 20×20 et l’impact d’un discours bien travaillé : http://www.pechakucha.org/presentations/why-storytelling-makes-us-human

 

Avant de vous lancer, vous pouvez également consulter la plateforme en ligne dédiée aux présentations PechaKucha. Vous y trouverez une multitude de vidéos mises en ligne chaque jour : http://www.pechakucha.org/watch

 

 

 

[1] Traduit de l’anglais : “Because architects talk too much! Give a microphone and some images to an architect — or most creative people for that matter — and they’ll go on forever! Give PowerPoint to anyone else and they have the same problem.”

[2] Les TED sont des conférences organisées à des niveaux internationaux par la fondation à but non lucrative américaine The Sapling Foundation. Le but est d’être propagateur d’idées, mises gratuitement à disposition du public. Les conférences traitent de sujets très variés tels que la science, les arts, la politique, …

[3] Le pitch est une forme de présentation courte et présenté de manière efficace et percutante afin de capter l’attention et convaincre en peu de temps. Il est souvent utilisé pour présenter un produit ou un service.

Ajoutez un commentaire

Share This